Compoix de 1641

À propos de ce document d'archives

Le document, ancêtre du cadastre actuel, est un registre de 580 pages qui est conservé dans les archives municipales de la mairie de Soudorgues.

 

Rendons hommage à mon amie Marie-Lou Jobert, généalogiste amateur qui habite, comme moi-même, sur la commune de Soudorgues, qui a photographié, une à une, l'ensemble des pages de ce compoix.

Pour ma part, j'ai essayé de transcrire chaque page en langage d'aujourd'hui. Malgré la précieuse aide du recueil lexicographique de Pierre Casado (spécialiste des compoix), la transcription reste imparfaite : des noms et des mots ont été mal compris et/ou mal interprétés, notamment ceux des pièces de terre. D'autres mots sont restés jusqu'aujourd'hui illisibles... Néanmoins, j'ai souhaité mettre gracieusement à disposition des habitants de la commune, et de tous ceux que cela intéresse, ce travail sous la forme du présent site internet.

 

Le site se décline de la façon suivante :

- La rubrique. Elle fixe le répertoire des lieux et des gens soumis à l'impôt.

- L'introduction du compoix. Elle rappelle les conditions ayant présidé à l'établissement du document : consuls qui l'ont décidé, autorités qui l'ont réalisé, mesures utilisées pour les bâtiments et les cultures …

- les biens imposés selon leur typologie : les biens ruraux, les biens prétendument nobles, les biens nobles.

 

D'autre part, il m'a semblé utile de créer une liste des «personnalités», importantes au plan local comme Jean de Faïsses, Seigneur de Peyre, ou d'mportance régionale comme Jacques de la Fare, Baron de Salendrinque ou Gaspard des Vignolles, conseiller au Parlement de Castres.

Sans oublier de mentionner les noms de ceux qui deviendront fugitifs ou galériens pour faits de religion protestante : Cappelier, Espaze...

 

Plus simplement, chacun pourra retrouver, dans l'onglet imposition par lieux et contribuables, la trace de son ancêtre soudorguais, son état de fortune, selon l'importance du présage (imposition), basé sur la superficie des bâtiments, des pièces agricoles et de leurs cultures.

Une lecture attentive des pièces agricoles en indivision permettra aux généalogistes de retrouver des liens de parenté.

 

Le souhait que je formule : que chaque lecteur puisse trouver un intérêt au travail réalisé. Bien entendu je reste ouvert à toutes remarques ou critiques qui permettraient son amélioration.

 

Novembre 2016

Jean-Pierre Pavard

Hameau des Crémats

30460 Soudorgues

 

jeanpierrepavard@orange.fr